< Retour

Alléluia

A la clinique les épinards
A l’heure où le soleil décline
Thérèse tient sur sa poitrine
Son nouveau né son doux têtard
Alléluia, Alléluia
Son nouveau né son doux têtard

Voilà huit jours suant soufflant
Qu’elle a mis bas sur sa paillasse
Et depuis ce jour elle angoisse
Pour l’avenir du garnement
Alléluia, Alléluia
Pour l’avenir du garnement

Elle angoisse mais le Doc a dit :
Ton fils est fait comme une Rolex
Un grand cerveau deux cojones
Il repeuplera le pays
Alléluia, Alléluia
Il repeuplera le pays

Mais Thérèse dit : « Faribole
Moi j’avais rêvé d’un bambin
Avec le Q.I du boudin
Pour en faire un pro du football »
Alléluia, Alléluia
Pour un faire un pro du football »

Et elle ajoute la voix triste :
« Hélas il n’est pas poitrinaire
Et sans l’asthme et sans le cancer
Il sera pas champion cycliste »
Alléluia, Alléluia
Il sera pas champion cycliste »

Et bien sûr elle a deviné
Sans les astres ni les prophètes
Que si le gamin est honnête
Jamais il ne sera banquier
Alléluia, Alléluia
Jamais il ne sera banquier

Alors passant par ruelle
Qui mène à son appartement
Thérèse pose doucement
Le gosse au fond de la poubelle
Alléluia, Alléluia
Le gosse au fond de la poubelle