Mon cher journal

20 Août

Médiocres !

J’étais à Nice puis à Toulon chez un ami une grande partie du mois de juillet pour des problèmes de santé suffisamment lourds pour ne pas avoir eu l’envie à m’abonner à quoi que ce soit.
Lorsque j’ai regagné mon domicile j’ai découvert que « j’étais client à Canal + ».

Sur le coup j’ai pensé qu’il s’agissait une blague mais j’ai néanmoins appelé le service clients de cette société. Là on m’a aimablement répondu que je devais impérativement envoyer une lettre au service des abonnements pour me sortir de cette histoire. J’ai immédiatement fait cette lettre que j’ai envoyée par courrier recommandé au service concerné.

Deux semaines plus tard (aujourd’hui 20 août) je reçois un coup de fil d’une personne du « service de rétention de Canal + » me disant qu’elle a bien reçu ma lettre mais que je dois néanmoins payer pendant douze mois mon abonnement ! Et que je dois m’adresser au service clients de Canal pour me désabonner !
J’ai beau dire, calmement puis en m’énervant puis en hurlant dans l’appareil téléphonique que je ne veux pas être abonné chez eux, que j’ignore pourquoi je me trouve abonné chez eux, que je n’ai jamais souhaité être abonné chez eux, que je n’ai jamais signé quoi que ce soit m’engageant chez eux, et que j’ai fait un courrier dans ce sens au service concerné, la réponse de la préposée est sans cesse la même, je dois « payer pendant un an pour avoir le droit de me désabonner » !

Devant ma colère et mes hurlements la personne finit par raccrocher. (Elle est admirable car pas un instant elle ne s’est énervée et est restée polie pendant toute notre conversation).
Elle a bien fait j’étais au bord de la crise d’apoplexie…

Voilà des gens, Canal +, qui sont de médiocres commerçants doublés de lamentables petits escrocs. Comment pourrais-je être client de quelque chose que je n’ai pas souhaité, que je n’ai pas acheté, que je fuis ? Pour lequel je n’ai rien signé ? Il me semble que pour être client chez un commerçant, il convient au préalable de signer quelques papiers et qu’on a plusieurs jours pour se désengager. Ai-je signé ? Foin ! Ai-je téléphoné à ces personnes pour être abonné ? Nenni ! Se pourrait-il que quelqu’un l’ait fait pour moi ? Peut-être, mais je n’en suis pas certain. Donc, pour ces lamentables « épiciers », il suffirait qu’on passe devant leur vitrine pour se retrouver client chez eux et devoir payer une année d’abonnement même sans consommer !!!
C’est un peu énorme et totalement scandaleux.

Je déteste ces manières.
Je vomis cette attitude.
J’exècre ces gens.
Ce sont des voyous ! De petits gangsters ! De sombres escrocs ! De pitoyables pirates ! Des entubeurs, filouteurs, truands et aigrefins de bas étages. En un mot des trous du cul !
En fait je n’ai qu’un seul regret, ne pas être Superman pour leur faire bouffer leurs pitoyables carambouilles ! Je sens que je suis encore en train de m’énerver…
Pas bon ça. Pas bon du tout.

PS – Je ne me relis pas je suis trop sur les nerfs !!!

Derniers extraits du Journal Secret
Il y a trois semaines, vers midi, un brouillard qui ne permettait plus de voir au-delà de dix mètres s'est installé au-dessus de la vallée. Ensuite, il s'est mis à pleuvoir. Une grosse pluie grasse et verglaçante qui semblait ne plus vouloir s’arrêter. Puis le vent s’est levé en fin d’après-midi.
Lire la suite
En mille neuf cent soixante-deux, à mon retour des Aurès avec le grade de caporal cousu sur ma manche, j'avais épousé Madeleine à la mairie d'un village de la périphérie roannaise où elle avait jusqu'alors vécu chez ses parents. Sitôt le mariage célébré, nous avions pris la route pour la capitale où j'exerçais l'aimable activité d'employé au guichet d’une puissante banque.
Lire la suite
Ce matin le ciel était bleu, le soleil radieux, pour un peu je me serais cru dans une chanson d’amour. J’avais le nez en l’air. La rue sentait bon. Les fleurettes des balcons offraient le meilleur de leurs pétales. Dans leurs cages, de ravissants inséparables gazouillaient.
Lire la suite